Ces conseils que je ne veux plus recevoir!
Ma parentalité

CES CONSEILS QUE JE NE VEUX PLUS RECEVOIR

Moi à ta place, je te conseille plutôt, enfin cela ne me regarde pas mais. Comme le dit très poétiquement mon cher et tendre: « Un avis, c’est comme un trou de balle, tout le monde en a un. » Je ne sais pas vous, mais les conseils non demandés, je n’en peux plus! Mais le pire c’est quand même quand c’est moi qui les donne.

Ces conseils que je ne veux plus recevoir!


Conseils et avis quand les donner, quand se taire

Depuis que vous attendez un enfant, et bien plus depuis qu’il est né vous recevez plus de conseils que de spams dans votre boite mail. Je connais! Certains sont de bons conseils mais bien souvent ce sont plutôt des critiques à peine déguisées. Cela nous touche car nous avons l’impression d’être mis à défaut. Finalement d’être considéré comme un mauvais parent. Alors bien entendu, la meilleure défense étant l’attaque, on répond parfois de façon agressive à ces conseils. Et c’est bien normal, on va pas nous apprendre comment élever nos enfants quand même!

Les 10 conseils que je ne veux plus recevoir

Moi-même j’en ai entendu des tonnes et des tonnes. Et comme tout le monde je les ai mal pris. Ils m’ont souvent blessée, parfois irritée et bien trop souvent complètement énervée. Comme je n’ai pas ma langue dans ma poche, j’en ai envoyé paître de manière un peu brutale.  D’ailleurs j’ai perdu des amis à cause de ça. Je ne supportais pas qu’on pointe du doigt ce que je faisais avec mes enfants. Mais les pires ce sont ceux-là:

  • « Allez un petit verre de rouge ne te fera pas de mal pendant la grossesse. Moi j’en ai bu pendant toutes mes grossesses et regarde, tout va bien. » Oui ok tatie Danièle mais c’était il y a 50 ans et franchement je ne suis pas sûre que tout aille si bien que ça avec tonton François.
  • « Quoi?! Tu veux accoucher naturellement? Mais pourquoi faire? A mon époque on aurait tué pour ne pas souffrir. » Oui mais à ton époque on ne connaissait pas les effets de la péridurale sur le bébé et sur la maman.
  • « Pourquoi tu te fatigue à essayer de l’allaiter? Tu es déjà épuisée, en plus elle a faim, regarde la pauvre. Donne lui à manger. » Merci mais non merci mon lait est suffisant et nourrissant. De plus, il est bien plus adapté et il possède des anticorps qui protègent mon bébé.

allaitement réussi

  • « A force de les porter tout le temps dans ton écharpe bizarre tu vas trop les habituer à toi. Elles ne sauront plus se détacher de toi. » Et pourtant, les études prouvent au contraire qu’un enfant porté emmagasine la confiance nécessaire pour prendre son autonomie plus facilement.
  • « Etre bienveillant pourquoi pas, mais là tu la laisse trop faire. Il ne faut pas devenir laxiste non plus. » Selon les préceptes de Montessori et de la parentalité bienveillante, accompagner son enfant ce n’est pas le laisser tout faire. Bien au contraire, le laxisme est tout aussi dangereux. Le juste milieu est difficile à trouver mais c’est la bonne voie à suivre.
  • « Oh mon dieu! Ne la laisse pas monter les escaliers! Elle est trop petite! Oh non, ne la laisse pas sauter de si haut! Et puis tu devrais la mettre dans un parc ou dans le transat, tu serai plus tranquille. » La motricité libre est justement ce qui va donner confiance et autonomie à l’enfant. Bien entendu, il faut rester très vigilant et toujours être à côté mais c’est un réel plaisir de voir son enfant évoluer à son propre rythme.
  • « Elle a un an et elle ne marche toujours pas? Ce n’est pas normal, tu devrais la mettre dans un trotteur. Tu verras, elle va marcher en quelques jours. » Le trotteur est non seulement inutile mais surtout dangereux pour l’enfant. Encore une fois la motricité libre et faire confiance à son enfant c’est tout ce qu’il y a à faire!

étapes motricité libre

  • « Ne t’inquiète pas, on ne va pas loin, elle n’a pas besoin de siège auto. » Alors en fait si! Non seulement c’est obligatoire mais la plupart des accidents arrivent à quelques centaines de mètres de la maison. De plus, le choix du siège auto est primordial ainsi qu’une mise dos à la route la plus longue possible.
  • « Vous maternez trop vos enfants. Ce n’est pas leur rendre service. Il faut les laisser grandir. Là ce qu’elle fait c’est de la comédie » Cette phrase, Bastian et moi l’avons entendue il y a une semaine à la crèche. Bientôt on va nous accuser de trop aimer nos enfants. Non mais sérieusement. Bien entendu qu’il faut laisser ses enfants grandir et se détacher petit à petit de nous. Mais dans ce cas précis, MiniChou ne mangeait plus depuis des semaines. Donc, nous étions inquiets, ce qui me parait plus que normal. Heureusement, tout est rentré dans l’ordre mais je n’ai pas trop apprécié ce genre de réflexion.
  • « Moi à ta place. » Et bien justement tu n’es pas à ma place. Alors reste à la tienne, merci :).

La paille dans l’œil du voisin

Bien entendu, nous avons tous été tentés de donner notre avis. Moi la première, encore hier soir, je l’ai fait alors que j’aurai du m’abstenir. C’est d’ailleurs cette anecdote qui m’a donné envie d’écrire cet article. J’avoue que c’est extrêmement frustrant pour moi de voir certaines situations qui ne sont pas « parfaites » ou « sécuritaires ». En l’occurrence, il y a précisément deux situations dans lesquelles je n’arrive pas à me retenir de donner mon avis:

  • Lorsque je vois quelqu’un porter avec un porte bébé non physiologique. Cela me rend dingue car la personne adopte une très belle démarche (le portage) mais de la pire façon (le portage non physiologique). Ce n’est ni bon pour le bébé qui pend par ses parties génitales, entre autres problèmes de positionnement, ni bon pour le porteur et son dos.
  • Quand je vois un bébé assis dans un siège face à la route alors que les recommandations et les études démontrent qu’il faudrait les garder le plus longtemps possible dos à la route.

porte bébé LLA JPMBB

Alors quand je vois des situations pareilles, j’essaye de tenter une approche bienveillante et un peu détournée. Du style: « C’est génial de voir un autre parent porteur! Est-ce que vous connaissez le portage physiologique? » Cependant, à chaque fois que j’ai osé donner un conseil je me suis fait envoyer paître tout pareil. Le pire c’est qu’à chaque fois le parent m’a répondu: « Oui je connais le portage physiologique. Ou, Oui je connais les recommandations de dos route. »Donc clairement, c’est qu’ils savent ce qu’il y a de meilleur mais décident tout de même de ne pas le faire. C’est tellement frustrant pour moi!

La poutre dans le mien

Pourtant, qui suis-je pour les juger? Ces mêmes préceptes je ne les connaissais pas avant d’avoir des enfants. Il y a encore tant de choses que je ne sais pas et que je ne fais probablement pas bien. Le pire c’est que moi aussi je connais très bien certaines recommandations que je choisis néanmoins de ne pas suivre. Par exemple:

  • Pas d’écrans avant 3 ans. Honnêtement, même si le temps est clairement limité, je pourrai faire beaucoup mieux!
  • Manger sain et équilibré. Je crois bien que c’est le pire! Je suis persuadée du bien fondé de cette recommandation et j’essaye vraiment de la suivre au mieux surtout avec les minis. Pourtant, combien de fois nous leur servons des pâtes et des saucisses.

MiniNous smarties

Bref, tout ça pour dire que la tentation est forte de donner son avis. Cependant, quand celui-ci n’est pas sollicité, ne le faites pas. Et moi la première, je dois absolument suivre ce conseil! Le mieux reste encore de donner l’exemple. Faites ce qui vous semble le mieux pour vos enfants et si vous êtes convaincu du bien fondé de vos actions, l’exemple pourra donner envie aux autres de le suivre. Peut être même qu’on viendra vous consulter et vous demander conseil. Dans ce cas là, faites vous plaisir!

Comments

comments

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :