ET SI JE N’ETAIS PAS FAITE POUR ETRE MERE

Et si je n’étais pas faite pour être mère? C’est la question que je me suis posée hier pendant une journée plus atroce que les autres. Hier j’ai crié, crié, crié jusqu’à m’enrouer la gorge. Jusqu’à avoir la tête qui sonne et qui bourdonne. J’ai craqué, hier comme jamais. C’est trop. Trop dur, trop tout le temps, trop intense, trop. Pourquoi je n’y arrive pas moi? Peut être que je n’étais pas faite pour être mère?

dav

Et si je n’étais pas faite pour allaiter?

L’allaitement est un vaste sujet qui suscite les passions. De mon côté pas de débat. Les choses sont claires. L’allaitement c’est ce qu’il y a de mieux pour bébé et sa santé. Il n’y a pas à tortiller du fion, c’est une vérité scientifique. Cependant, le lait artificiel n’est pas un poison et convient parfaitement à nos bébés. Donc quand l’allaitement n’est pas une option pour x ou y raison, je dis un grand oui au lait artificiel!

En ce qui me concerne, j’ai toujours voulu allaiter. Cependant, mon premier allaitement a été difficile et n’aura pas duré deux mois. Je m’en suis voulu. J’ai très mal vécu ce que j’ai longtemps considéré comme un échec. Alors pour ma deuxième bébé il était hors de question que je me foire de nouveau.

Allaitement exclusif

Nous avons donc tenu un allaitement exclusif jusqu’à ses 3 mois. Néanmoins, après avoir traversé les moult pics de croissance et testé toutes les positions possible d’allaitement, j’ai commencé à fatiguer. A fatiguer sévère. Plus de temps pour moi, ça allait encore. Puis, plus de temps pour mon homme, mais on le savait que les premiers mois allaient être compliqués. Mais plus de temps pour ma petite grande, là c’était trop dur pour moi. Ne plus faire son coucher, ne plus pouvoir n’être qu’avec elle, s’en était trop. Alors j’ai fait une concession avec laquelle je me sens à l’aise: le soir Bastian donne une biberon de lait artificiel à Estrella pendant que je fait le coucher de Tessa.

Lâcher prise

L’allaitement nécessite un certain lâcher prise. Il faut pouvoir accepter de vivre au rythme de son bébé et de ses tétées. C’est une chose que j’ai beaucoup de mal à faire. Déjà parce que je suis d’une nature hyper active mais aussi parce que je n’aime pas me sentir coincée. Ce biberon du soir m’a un peu libérée mais le reste de la journée je reste encore à disposition des envies et des besoins de mon bébé. Les tétées que j’aime le plus sont celles de la nuit, toutes les deux collées dans le lit et celle du matin avec ses petits yeux encore tout endormis. Mais au fur et à mesure que la journée avance et que rien n’est fait à la maison je me sens frustrée. Mais comment lui refuser quelque chose de si important? Finalement, je ne suis pas complètement heureuse de mon allaitement.

Alors je me demande, et si je n’étais pas faite pour allaiter?

Et si je n’étais pas faite pour être mère?

Pendant une semaine ça allait beaucoup mieux. Je me sentais plus sereine. Tessa semblait apprécier ce moment à deux retrouvé. Du coup, nous étions prêtes et préparées pour sa toute première rentrée à la maternelle il y a 3 jours. D’ailleurs, tout s’est super bien passé, pas même un pleure. Puis, hier, mercredi, j’ai fait le choix de garder Tessa avec nous à la maison plutôt que de l’emmener à l’école. La réveiller 5 jours de suite me paraissait trop dur pour mon petit bout de pas encore 3 ans. Malheureusement, la journée au lieu d’être un pause calme dans la semaine a été une journée ponctuée par des cris et des crises.

Pleurs, cris, crises et tétées

Estrella a tété non stop de son réveil le matin à son coucher le soir. Impossible de la poser dans son transat ou dans son lit. Dès qu’elle s’endormait enfin au sein, Tessa se mettait à crier ou à faire une crise pour telle ou telle raison et la réveillait en sursaut. Alors, fatiguée et à bout, je criais aussi. « Mais ça va pas non?! Tu vois pas que tu fais peur à ta sœur?! Comment veux tu que je puisse m’occuper de toi si tu ne laisse pas Estrella dormir? Va dans ta chambre! ».

Arrivée à la fin de la journée je n’en pouvais plus. J’étais assise, le bébé au sein, Tessa par terre en train de faire une énième crise. Bastian est arrivé au moment où j’avais enfin réussi à poser Estrella endormie dans son lit à 17h. Je suis partie dans une chambre et j’ai pleuré comme jamais.

Interrogations et remise en question

Pendant ces quelques minutes de décharge je me suis sérieusement posé la question. Et si je n’étais pas faite pour être mère? J’aime mes enfants de tout mon coeur, vraiment. J’essaye de suivre des principes qui me paraissent être les meilleurs pour mes filles. Le problème c’est que ces principes vont parfois, même souvent, à l’encontre de ce que je suis même si je ne veux pas l’admettre.

Je prône que l’éducation bienveillante est la voie à suivre pour une harmonie familiale. J’en suis convaincue. Et pourtant je cri, souvent, trop souvent. Je sens cette violence en moi. Cette rage qui surgit en moi beaucoup trop souvent. Je porte l’allaitement comme un combat et je sais que c’est le meilleur pour la santé de mon bébé. Mais parfois j’ai juste envie de lui refuser mon sein. Je me sens prise au piège par cet allaitement. Partir, être libre, pouvoir faire autre chose, ce sont des idées qui me viennent souvent. Ces principes évidents pour le bonheur de mes filles me paraissent tellement durs à suivre alors que pour d’autre cela parait tellement simple. Alors, peut être que finalement je n’étais pas faite pour être mère.

Nait on avec la fibre maternelle?

Peut être suis-je trop égoïste. J’ai peut être trop besoin de mon petit confort personnel. Pourquoi je n’arrive pas à accepter de mettre de côté mes envies pour les besoins de mes enfants? Alors je le fait évidemment, car je les aime et qu’elles sont ma priorité absolue. Mais pourquoi est-ce si difficile à faire pour moi alors que pour d’autres cela semble couler de source? Nait-on avec la fibre maternelle? Pourtant je l’ai toujours été avec ma petite soeur et les enfants de mon entourage. J’ai toujours pensé que je serai une maman attentionnée avec mes enfants. Je pensais avoir ça en moi.

Finalement, rien n’est inné. Tout s’apprend. Des surprises arrivent. Alors on s’adapte ou on essaye. Comme toujours je fais du mieux que je peux avec ce que j’ai. Mais j’aimerai tellement être meilleure maman. Je sais que je ne suis pas nulle. Parfaite, n’est pas non plus un objectif et ce n’est même pas sain. Cependant, j’aimerai être meilleure que je ne suis. Aujourd’hui je suis triste et peu fière de la maman que je suis. Mais il faut mettre un pied devant l’autre et avancer. En espérant que demain sera meilleur.


J’AI ÉCRIT UN GUIDE PRATIQUE POUR SE LANCER DANS LE ZÉRO DÉCHET, PARU LE 7 AVRIL!

Objectif zéro déchet, c'est malin De Monica Da Silva - Leduc.s éditions
Objectif zéro déchet, c’est malin

Pour en savoir plus: Objectif Zéro Déchet

 Pour acheter le livre c’est par là !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

comments

2 réflexions au sujet de « ET SI JE N’ETAIS PAS FAITE POUR ETRE MERE »

  1. On ne naît pas mère même si le désire d’avoir des enfants, ses propres enfants est très profond et ancré depuis des années. On ne ne devient pas non plus des êtres à la merci de nos petites sangsues H24. Et oui il est normal de se poser des questions, nous ne sommes pas des machines! Il y a des journées plus difficiles que d’autres… des journées ou on a envie de penser à soi, d’être seule sans enfant. L’allaitement n’est pas non plus toujours évident et nous dépendons de nos enfants comme eux dépendent de nous pendant cette période. Tu sais avec les innombrables tétées nocturnes de mon loulou je rêve d’une nuit sans réveil, et jusqu’où aller dans l’allaitement? 9mois et demi sans dormir une nuit entière et l’entourage qui demande quand l’allaitement va s’arrêter, il est grand maintenant etc etc… Mais je repousse un peu plus, jusqu’à 1an si c’est possible. Je me dis que c’est 1 fois dans sa vie, la derniere fois dans ma vie… j’adore ce moment même s’il nous prive de certaines liberté. Mais bientôt Minichou va manger et les tétées vont s’espacer de plus en plus. Ça t’aidera à avoir plus de temps pour toi et Mininous, Papa pourra prendre un peu plus le relais. Depuis la diversification javoue que je souffle un peu plus. Je te souhaite pleins de courage et n’hésites pas si tu as besoin de parler ou de temps sans Mininous

  2. Oulala comme je te comprends
    Pour l allaitement toi seule peu décidé mais je peu te dire par expérience que même si tu allaite rien n empêche les microbes
    Je te donne un exemple mon dernier loulou a été au sein 3 jours et Après pas la force a la maison un grand de 8 ans et une chipie de 11 mois m attendais et pareil j aime pas être contrainte de quelque chose et un peu beaucoup hyperactivite donc biberons et je peu te dire que ce petit bouchon en 2 ans bientôt n a été malade que 1 fois et qu il croque la vie a pleine dents.
    Et les 2 loulous sont épanouis car j avais du temps pour eux. Ba oui faut avoué biberons toute les 4h c est chouette.
    Bon ok je regrette aussi d avoir abandonné quand je vois les autres qui ont reussi je leur tire mon chapeau, mais justement il ne vaut jamais ce mettre la pression car nous sommes unique.
    Pour les cris je te rassure avec 3 loulous je crie bcp et bcp trop parfois pourtant pareil j essaye de changé de comprendre mes loulous mais on est que des humains et ne somme pas infaillible. Pourtant je vois la différence quand on prends le temps, mais la société actuels nous laisse t il vraiment ce temps? Non et c est bien dommage.
    Bon moi j ai décidé de me soigné et c est déjà un beau et grand début. Je commence a me lâché
    Je te souhaite plzins de courage et suis tes envis, Ton ressentis. ECOUTE que toi surtout et accessoirement ton mari aussi
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *