LA LISTE – CHAPITRE 4 – Miss BettyBoop & MataHari

LA LISTE – CHAPITRE 4 – Miss BettyBoop & MataHari

Ça y est l’automne est là. Cela fait un mois que je suis célibataire et j’adore ce nouveau statut! Je m’éclate comme une folle. Je vis enfin la jeunesse que je me suis empêchée de vivre en me mettant en couple à 17 ans. Dans cette nouvelle vie faite de sorties shopping et de virées nocturnes je suis très bien entourée. Non pas par Blondie et Brunette, un peu trop sages par rapport à ma soif de nouveauté. Non, j’ai la chance d’avoir rencontré d’autres filles dans le restaurant dans lequel je travaille le soir. Pour le moment je ne peux pas me permettre de quitter ce deuxième job mais surtout je n’en ai aucune envie! L’ambiance y est excellente, toute l’équipe est jeune et une fois rentrée d’un service de 5 heures ultra speed je m’écroule dans mon lit sans avoir le temps de trop réfléchir. Par contre, les nuits où je ne rentre pas me coucher après le service je pars en virée avec mes nouvelles copines BettyBoop et MataHari.


BettyBoop, comme son surnom l’indique est une pure bombe de par son physique: brune, grande, une poitrine à affoler le premier homme qui passe mais d’un autre côté elle a ce petit côté fleur bleue et naïf qui séduit encore plus les hommes. BettyBoop a arrêté les études très jeune et cumule les petits boulots sans trop savoir dans quelle direction aller. Elle n’a aucune confiance en elle alors que de nous trois c’est celle qui attire le plus les regards. MataHari quant à elle c’est tout l’inverse. Pleinement consciente de son charme elle utilise tous les atouts mis à sa disposition et sait très bien les manier. Elle est pourtant aussi petite que moi, à peine 1m55, des cheveux longs, bruns et magnifiquement ondulés. Sa petite poitrine est tellement bien mise en valeur et elle dégage un tel pouvoir de séduction avec son regard en amande qu’aucun homme ne peut lui résister si elle a décidé de l’avoir. En plus d’une confiance inébranlable en son physique elle dispose d’une intelligence au-dessus de la moyenne. Elle ne le dit pas aux hommes qu’elle séduit de peur de les effrayer mais MataHari achève cette année son master 5 dans la finance. Et au milieu, il y a moi, la troisième brune, tout aussi petite que l’une mais manquant autant de confiance en elle que l’autre. Grâce à ce trio de choc j’allais apprendre à devenir une femme en pleine conscience de son potentiel et pleine d’assurance mais pour cela il nous en a fallu écumer des bars et se faire des sorties entre filles pour papoter au sujet de nos déboires.

Celle qui a toujours une histoire loufoque à nous raconter c’est MataHari. Généralement ses histoires commencent toujours par: « L’autre soir j’étais tellement bourrée que… » et se terminent souvent par « on a passé la nuit ensemble et c’était nuuuuullll/génial!!!!/il en avait une énorme!/il m’a appelé maman/Elle n’a même pas décollé/c’est un dieu au pieu ». Au début, je dois l’avouer, j’étais un peu choquée par sa nonchalance vis à vis du sexe et sa décompléxion totale. Je n’ai pourtant jamais été du genre prude mais ses récits toujours surprenants et son attitude dominante envers les hommes me faisaient découvrir une nouvelle vision des relations hommes/femmes. Moi qui ai toujours vu les modèles des films américains où la fille, même si elle est belle et intelligente, est un peu à la merci et au bon vouloir du garçon et doit attendre que celui-ci se décide enfin à la choisir elle plutôt que sa meilleure amie ou à lui passer la bague au doigt ou à la rappeler après le premier rdv. Néanmoins, j’ai très vite dépassé le stade de la jeune vierge effarouchée que je n’étais plus depuis bien longtemps pour arriver au stade de la vénération envers cette nana bien dans ses baskets et à l’aise dans sa sexualité. C’est de ça dont j’ai envie. Rome ne s’est pas construite en un jour et je ne risque pas de développer une telle confiance en moi en seulement quelques semaines mais petit à petit je vois bien que sa façon d’être a une influence sur moi. En ce moment notre petit jeu lorsque nous faisons un service ensemble c’est de faire le concours de celle qui aura récolté le plus de numéros de téléphones.

Le concept du restaurant à thème où nous travaillons est très festif et nous sommes obligés de toujours écrire un petit mot à la main sur l’addition du client pour le remercier de son passage. Bizarrement, ce petit geste, très apprécié, des clients pousse les plus téméraires à nous répondre. Cela va du simple « merci pour votre service rapide et agréable » au « appelle moi au 06xxxxxx ». La plupart du temps on a même pas besoin d’être plus aimable ou plus flirteuse avec le client pour que celui-ci réponde, c’est presque toujours le cas car ils sont surpris de voir un petit mot de notre part et je suis persuadée que beaucoup pensent que c’est une attention qui leur est spécialement dédiée. A la fin du service on se retrouve souvent avec des pourboires et des petits mots à lire. On se rejoint alors tous autour d’une table et on compte les numéros de téléphone. Même BettyBoop s’est prise au jeu surtout que c’est souvent elle qui gagne et haut la main. Cependant, jamais au grand jamais elle ne se verrait rappeler l’un de ses numéros! MataHari par contre elle ne s’en prive pas à partir du moment où le jeune homme était à son goût. C’est souvent grâce à ces numéros de téléphone que nous avons le plaisir d’écouter ses récits croustillants les jours d’après. Moi, j’en ai aussi des numéros de téléphone de jeunes (ou vieux) hommes qui me plaisent plus ou moins. J’ai même eu le cas où la maman du jeune homme me demande devant son fils si je suis célibataire car « vous êtes tellement charmante et accueillante que c’est ce qu’il faudrait à mon fils! ». Son fils plutôt canon en plus ne savait plus où se mettre et moi je ne risquais pas de donner un rdv au fils à maman! Un soir, poussée par les filles, j’ai tout de même pris mon courage à deux mains et j’ai envoyé un texto à l’un des numéros que j’avais eu dans la soirée. Malheureusement pour moi, j’avais confondu les tables et le jeune homme n’était pas celui que je croyais. Je l’ai rapidement compris lors de nos échanges de texto et je n’ai donc pas donné suite. Néanmoins, je venais de franchir un nouveau cap dans mon célibat: j’envoyais des messages à des inconnus. Encore quelques mois auparavant je ne me serais jamais crue capable d’une telle pratique. Maintenant, grâce aux cours privés de shopping et de mise en beauté de BettyBoop et aux cours accélérés de sexualité de MataHari je me sens bien plus femme et consciente de mon pouvoir de séduction. Un nouveau chapitre va pouvoir s’ouvrir…


Vous pouvez retrouver les premiers chapitres de cette histoire en cliquant sur les liens suivants:

LA LISTE – Chapitre 1 – Mister P

LA LISTE – Chapitre 2 – Sofia

LA LISTE – Chapitre 3 – Misters C & C

coeur sexy

[wysija_form id= »1″]

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

comments

Une réflexion au sujet de « LA LISTE – CHAPITRE 4 – Miss BettyBoop & MataHari »

  1. Ha ça c’est un bon chapitre quand la rupture fait moins mal et qu’on commence à profiter de son célibat pour s’éclater. Ton article m’a presque fait regretter ma période célibataire. Presque …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *