Mes humeurs

LE REVERS DE LA MEDAILLE

Bloguer c’est le kiff et ça a plein d’avantages, c’est sur! Malheureusement, le revers de la médaille peut être bien amer…

Lorsque j’ai ouvert mon blog, j’étais enceinte de ma MiniNous et plutôt que de lui faire une livre de naissance j’ai préféré lui faire un blog de naissance. J’écrivais tout mes symptômes, mes doutes, mes inquiétudes et mes joies en rapport avec cette première grossesse. J’avais alors décidé de ne pas cacher mon identité car quel intérêt? Me lira (ou pas) qui voudra, je n’ai rien à cacher, au contraire, j’ai très envie de partager cette expérience. En plus, je n’avais pas envie de faire attention à toutes les petites choses, indices ou informations qui auraient pu révéler ma véritable identité si je bloguais anonymement.

Puis, MiniNous est née et j’ai eu envie de parler de mon nouveau rôle de maman. Partager mes expériences, en discuter avec d’autres parents. Le fait de ne pas bloguer anonymement me permettais de mettre pleins de jolies photos de ma princesse et de mon choubidou. Les quelques lectrices qui me suivaient étaient soit de parfaites inconnues soit quelques bonnes copines. Ce ne posait donc aucun problème.

Un jour, j’ai eu envie de parler d’autre chose que de bébés et de mamans. J’ai un peu tourné autour du pot, j’ai parlé cuisine, livres, beauté, santé. Je n’osais pas lancer les thèmes que je souhaitais réellement aborder. Des thèmes beaucoup plus personnels. Des choses que j’avais besoin de sortir. Jusqu’au jour où j’ai écris cet article sur mes proches…

Pour celles qui l’ont lu, vous savez que je n’ai pas raconté que de gentilles choses. Peut être ai-je exagéré mes descriptions, peut être que mes souvenirs sont faussés et que j’en garde un plus mauvais souvenir que ce que j’ai réellement vécu. Néanmoins, j’ai tout sorti, tout déballé, j’y suis allée franco. Sur le coup ça m’a fait un bien fou! Le peu de personnes qui me lisent et qui me connaissent « en vrai » ne connaissent pas mes proches. Mes proches ne savent même pas que j’ai un blog. Aucun risque qu’ils tombent dessus. Le fait d’avoir écrit ce premier article très personnel m’a en quelques sortes libérée. Je me suis permis d’aborder d’autres sujets plus sérieux. Surtout que cet article reste aujourd’hui le plus lu, le plus aimé et le plus commenté de tout mon blog. C’est donc que les articles profonds et personnels touchent les autres car ils entrent dans notre intimité. Les lecteurs ressentent de l’empathie pour notre vécu, notre ressenti.

Malheureusement, le revers de la médaille c’est qu’une fois écrit, il ne disparaît jamais. Puis un jour tu te reçois une gigantesque claque dans la figure parce que justement la personne que tu ne pensais jamais qu’elle tomberai dessus est tombée dessus. En l’occurrence, une personne proche l’a lu, l’a très mal pris et l’a montré aux personnes concernées. Vous imaginez que ça a fait beaucoup de mal. Je me suis sentie très coupable. J’ai finit par me dire que c’est bien fait. Que je suis allée trop loin. En mettant cet article en ligne, bien entendu qu’il allait finir par arriver là où il ne fallait pas. Je m’attendais à quoi sérieusement? Bien évidemment je l’ai effacé de suite mais le mal était fait.

Certains me diront que c’est bien fait, que c’est pour ça que eux bloguent anonymement. Ou alors qu’il ne faut pas tout se permettre dans un blog. Avant j’aurai répondu que je n’étais pas d’accord avec eux. Mon blog c’est mon exutoire, j’en fais ce que je veux comme je veux. Maintenant, je comprends que ça reste du domaine publique et que je ne peux pas tout me permettre sous peine de me prendre un revers en pleine face. Ce matin j’ai lu l’article « La belle année » du blog Dans Ma Bulle. Dedans elle a dit une phrase qui m’a piquée au vif:

Je parle de mes filles […] du personnel mais pas de l’intime

C’est elle qui a raison. Je peux parler de ma vie de tous les jours, de mes joies, de mes peines, de mes doutes, de mes trouvailles mais je ne dois pas aborder ce qui touche à l’intime. Ma vie de couple fait partie de ce quotidien mais je n’ai pas à rentrer dans les détails trop intimes, ma famille doit rester terrain miné et protégé. Mes blessures profondes, si j’ai besoin d’en parler, j’écrirai un article, cela me fera du bien mais je ne le publierai pas car il pourrait faire du mal.

Je me suis lancée dans un blog, je me suis complètement immergée dedans, j’ai pris tout ce qu’il y avait de bon et je l’admets je me suis perdue et noyée dans son nectar sucré. Cependant, ce nectar, en trop forte, quantité peut devenir un poison au goût plus qu’amer…

 


Image à la Une: Couverture facebook Anonymous

anonymous-couverture-facebook

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

comments

Previous Post Next Post

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Euphrosyne 21 mai 2015 at 20 h 16 min

    J’avoue que c’est aussi pour moi, une vraie question de fond de savoir ce qu’on peut dire et où est la limite… J’ai tout de suite voulu bloguer sous pseudo parce que je tenais radicalement à éviter que des collègues tombent dessus.
    Après, j’aborde des sujets personnels (j’essaie de ne pas tomber dans l’intime… je trouve cette distinction très subtile et très bien formulée !) et c’est aussi ce que je souhaite écrire (il n’est pas trop dans mon caractère de rester à la surface des choses, je suis prise de tête quoi 😉 Alors je n’ai pas trop dit à mon entourage que j’avais un blog, juste à mes copines proches (celles avec lesquelles je parle déjà accouchement et rééducation du périnée 😀
    Mais finalement, quand on aborde des thèmes qui nous tiennent à cœur, c’est difficile d’éviter les dommages collatéraux et je sais que si certaines personnes tombaient sur mon blog, elles pourraient être surprises / fâchées / blessées…

  • Leave a Reply

    %d blogueurs aiment cette page :