LE SEJOUR A LA MATERNITE

C’est donc vers 18h, après un super accouchement, que nous sommes montés tous les trois dans ma chambre à la maternité de Valence (26). J’avais fait la demande au préalable pour avoir une chambre individuelle et je suis bien contente de l’avoir eu car nous étions encore beaucoup trop dans notre bulle de bonheur pour partager ça avec des inconnus. Je vais y passer les trois jours recommandés pour apprendre l’essentiel avec mon tout premier bébé.


Première nuit à la maternité

Bien qu’encore dans notre petit cocon, avec un bébé endormi dans les bras, les besoins primitifs se sont rapidement présentés à moi. En effet, je n’avais rien mangé ni bu depuis la veille au soir. Heureusement, le repas du soir est servi à 18h30 à la maternité. En attendant, je prends une bonne douche! Le repas arrive mais pour vous dire toute la vérité, je n’y ai pas touché, c’est Bastian qui l’a mangé. Moi j’ai joué ma chieuse et je lui ai demandé d’aller me chercher un croque monsieur à la cafet de l’hôpital avec un Ice tea. Parce que quand même, après l’exploit que je venais de réaliser je méritais bien mieux que de la purée et un bout de viande bizarroïde (ce n’est pas un mythe, la bouffe de l’hosto est cracra!).

A 21h, Bastian nous quittait pour rentrer à la maison rejoindre notre petite chatte Moka, nous laissant ainsi passer notre première nuit en amoureuse. Il est parti à 21h parce que nous étions tous fatigués mais heureusement, les heures de visites pour les papas n’existent pas. Il peut donc venir et partir quand il veut sans toutefois pouvoir passer la nuit complète. Ce soir là, nous avons la visite d’une sage femme pour voir si moi j’allais bien et la visite d’une auxiliaire de puériculture qui est venu voir si bébé allait bien. Tous les soirs ce sera la même routine.

Vous imaginez bien que je n’ai quasiment pas fermé l’œil de la nuit même si Tessa a été plutôt sage dans l’ensemble. Je lui ai donné plusieurs fois le sein et entre deux je l’admirai et essayai de me faire à l’idée que ce petit bout était bien à moi.

Le premier jour à la maternité

Son premier bain

07h30 – Le petit déjeuner est servi. 9h00 Bastian arrive. Nous profitons à 3 jusqu’à l’arrivée en fin de matinée d’une auxiliaire venue nous montrer comment donner le bain et faire les soins du cordon et du visage. Pour ce premier bain c’est elle qui fait tout et qui nous montre. Heureusement, parce que c’est un peu impressionnant. Un si petit corps encore tout fragile. Il faut passer un bras sous son dos minuscule et prendre son petit bras en « pince » entre le pouce et l’index. De l’autre main il faut la laver. Arf, pas facile…Puis les soins du cordon, heu ça me fait trop peur à faire!!! Enfin, il faut l’habiller assez vite car elle a froid la pauvre pepette mais entre les manches des bodys et le pyjama à boutonner dans tous les sens, je sens que ça va être marrant!

Le méconium méconnu

Elle nous demande ensuite si les couches ont bien été mouillées de pipi ou de méconium. Le méconium c’est cette substance noirâtre et collante qui garni encore les intestins de bébé. Je lui réponds que les couches ont bien été mouillés mais pas encore de méconium en vue. Pas de problème, il est censé arriver dans les 24 heures. La journée se poursuit dans un rythme de tétées, couche, essaye de dodo sans grand succès pour moi. Dans l’après-midi nous avons une première visite de la part d’amis à nous. Nous ne verrons pas notre famille car la mienne est sur Paris et celle de Bastian est sur Cambrai. Ils descendront nous voir un peu plus tard.

Deuxième jour à la maternité

Un travail d’équipe

La nuit a été très difficile. Je n’ai absolument pas dormi de la nuit et bébé non plus. Ce matin je suis donc complètement dans le pâté quand Bastian arrive. Je suis bien consciente que ce n’est que le début et que justement le début c’est ce qu’il y a de plus difficile. En fin de matinée la puéricultrice revient et ce coup ci c’est à nous de gérer le bain. On décide de le faire en équipe: je donne le bain et Bastian fait les soins qui me font super peur. Pour l’habiller on s’y met à deux mais quelle galère! En tout cas on y arrive!

Concernant les couches, dans la nuit j’ai eu la bonne surprise d’avoir un joli méconium dans la couche. C’est vraiment bizarre comme substance, ça ressemble à du pétrole: très noir et gluant. A nettoyer ce n’est pas simple non plus, j’ai dû m’y prendre à plusieurs reprises.

Poids plume

Ensuite, autre sujet d’inquiétude, le poids. Bébé est née avec 2,850 kg. Il est normal que les premiers jours elle perde un peu de poids mais comme j’allaite et que je n’ai pas encore eu ma montée de lait je ne sais pas si elle mange suffisamment ou pas. Ce matin elle est descendue à 2,680 kg et bien sûr comme toute maman ça m’inquiète. Je demande donc à la puéricultrice si je peux avoir un petit complément à lui donner. Elle a bien voulu me le donner mais m’a bien expliqué qu’il ne fallait pas m’inquiéter.

Des débuts d’allaitement compliqués

En effet, avant la montée de lait, nous produisons ce qu’on appelle du colostrum. C‘est un liquide un peu plus clair que le lait qui suffit amplement dans les premiers jours de vie d’un bébé. Il est bien plus riche et concentré que le lait. Perso, je ne le voyais pas sortir de mon sein mais à priori quand le bébé prends bien le sein il en prend forcément. Je trouve ça super, que la puéricultrice ai pris le temps de m’expliquer tout ça. Elle m’a rassuré et vérifié que ma bébé prenne bien le sein dans sa bouche. Je sais que dans d’autres maternités, on ne prend pas la peine ou le temps par manque d’envie ou de formation pour expliquer tout cela aux jeunes mamans. Ce manque de soutien peu conduire les mamans à abandonner rapidement l’allaitement et c’est fort dommage. Néanmoins, je reste une maman angoissée pour sa bébé et je finis tout de même par lui donner ce petit complément avant dodo.

Troisième jour à la maternité

Les règles du nourrison

Normalement, si tout va bien, c’est aujourd’hui que nous devrions quitter la maternité pour rentrer à la maison. Quel bonheur! J’ai vraiment hâte qu’on se retrouve tous les trois dans notre chez nous. En attendant, la nuit qui vient de passer a été assez agréable bien que toujours fatigante. D’abord j’ai eu le droit à un joli méconium bien difficile à nettoyer. Ensuite, dans une nouvelle couche j’ai eu une petite trace de sang qui m’a complètement paniquée. J’ai donc appuyé sur le bouton rouge pour appeler une puéricultrice pour la première fois. Elle m’a expliqué que cette petite tache de sang est normale et que c’est « comme des règles » que le bébé a eu par rapport à mon transfert d’hormones. Ça n’arrivera normalement plus.

Bébé calme

Enfin, Tessa a été un amour. Elle n’a presque pas pleuré de la nuit et a dormi plusieurs heures de suite. Néanmoins, moi je n’ai toujours quasiment pas dormi car au moindre petit soupir ou justement au moindre moment de silence trop long à mon goût je me levais pour aller la voir. Je me dis que j’ai quand même de la chance d’avoir un bébé calme car dans les chambres voisines les pauvres petits loups braillent non stop. Je me demande d’ailleurs si ces mamans allaitent et je me dis que non parce que moi dès qu’elle pleure j’ai la possibilité de la mettre au sein et ça la calme de suite. Peut être que je me trompe, mais encore une fois l’allaitement a ses avantages!

Papa tient une place importante

Comme toujours, Bastian arrive dans la matinée. On a de la chance qu’il puisse venir tous les jours car il a pu cumuler des congés payés forcés (sa boite ferme 2 semaines pour les fêtes de fin d’année) et dès la semaine prochaine il cumulera ses 3 jours de paternité ainsi que ses 11 jours de congés de paternité. Nous avons fait le choix ensemble de tout mettre à la suite pour profiter un maximum dès le début. Et surtout parce que je me doutais bien que les premières semaines seraient les plus difficiles et que j’aurai besoin de son aide et de son soutien.

Complicité père/fille

En fin de matinée, nous décidons de procéder au bain de mademoiselle. Etant livrés à nous même pour ce troisième bain, on commence à prendre un peu plus nos marques. Même si ça reste un peu laborieux. En tout cas j’adore voir le père et la fille ensemble pendant que Bastian lui fait les soins. C’est tellement beau comme image. C’es presque plus émouvant que de voir une maman avec son bébé. Je suis très heureuse qu’il ai su et pu trouver tout de suite, dès les premières minutes même, cette connexion avec sa fille. Je dois avouer que je me demandais comment ça allait se passer. Car même si c’est lui au début qui voulait faire un bébé assez vite, pendant toute ma grossesse il a été assez distant de mes signes de grossesse. Par exemple, il n’aimait pas toucher mon gros ventre. Quand le bébé bougeait ou donnait des coups il trouvait ça bizarre et pas très beau. Pendant que moi je m’émerveillais devant ces petits signes de vie de mon bébé in utero, lui m’énervait avec ses réactions à la con. Néanmoins, maintenant que je le vois hyper investit et à fond avec sa fille, j’oubli ses réactions d’antan.

RDV médical de sortie

Enfin à 13h, nous avons le rdv final avec la pédiatre qui va nous autoriser ou non à quitter la maternité. Elle la pèse et nous avons le bonne surprise de voir qu’elle a repris un peu de poids. Même si elle n’a pas atteint son poids de naissance. Elle est donc à 2,735 kg et elle a 10 jours pour retrouver son poids de naissance sans inquiétude.

L’ictère ou jaunisse

Elle vérifie ensuite le niveau de son ictère (jaunisse) et bien que présent il reste à un seuil assez bas pour que ça n’empêche pas notre sortie. D’ailleurs, cette petite jaunisse est très courante chez les nouveaux nés (environ 60%) et peut être due à plusieurs choses dont l’incompatibilité de rhésus entre la mère et l’enfant, ce qui est notre cas. Moi étant O et ma bébé A comme son papa. La jaunisse peut être plus ou moins importante. Elle est surveillée grâce à un petit appareil qui bipe à la surface de la peau de bébé pour voir son taux de bilirubine (qui donne cette coloration jaune). Si la jaunisse dépasse un certain seuil, le bébé devra être exposé à des UV plusieurs heures par jour. Le séjour à la maternité pourra être prolongé. Dans notre cas, le taux n’est pas complètement nul mais en dessous de la barre fatidique.

Les contrôles avant la sortie

Son ouïe est également testée par un appareil qui m’a semblé un peu barbare. Un genre de casque avec des bouts en métal que l’on met sur son petit crane et qui passe au vert si c’est bon. Encore une fois, pour nous tout roule. Ensuite, on lui pique le pied pour prendre un minuscule échantillon de sang qui permettra de faire quelques analyses supplémentaires dont on entendra jamais parlé des résultats s’ils sont bons. Pour cette « piqûre » ma baby n’a même pas bronché donc je ne pense pas que ça n’a pas été douloureux.

Petite inquiétude

Enfin, la pédiatre contrôle la tension de ses 4 membres (bras et jambes) et malheureusement pour nous c’est là qu’un petit hic apparaît. Les tensions relevés sont asymétriques ce qui n’est pas très normal et peut révéler des problèmes cardiaques plus ou moins importants. Cependant, cette asymétrie s’accompagne souvent d’un souffle au cœur repérable immédiatement ce qui n’est pas le cas de notre pepette. Pour vérifier cette asymétrie, la pédiatre nous prend donc rdv avec le service de cardiologie de l’hôpital. Malheureusement, ils n’ont pas de place avant le 3 février soit dans plus d’un mois. J’ai un peu les boules mais en même temps la pédiatre n’a pas l’air plus inquiète que ça. Elle nous explique que l’examen sera fait plus « par sécurité » et que si vraiment elle avait une réelle inquiétude elle n’autoriserait pas notre sortie.

Le vaccin BCG

Après toutes ces vérifications elle nous prépare son petit carnet de santé (youhou c’est trop la classe!) ainsi que des ordonnances pour des vitamines à lui donner ainsi que pour le vaccin BCG. Ce vaccin n’est pas obligatoire en France (sauf en région parisienne). Cependant, comme je suis portugaise et que nous comptons y aller cette année il faut le lui faire. En effet, le Portugal fait encore partie de la liste des pays dits « à risque ». Et voilà, nous sommes autorisées à partir!

Papa va donc chercher son cosy à la voiture pendant que moi je fais nos valises!

J’AI ÉCRIT UN GUIDE PRATIQUE POUR SE LANCER DANS LE ZÉRO DÉCHET, PARU LE 7 AVRIL!

Objectif zéro déchet, c'est malin De Monica Da Silva - Leduc.s éditions
Objectif zéro déchet, c’est malin

Pour en savoir plus: Objectif Zéro Déchet

 Pour acheter le livre c’est par là !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *