3EME SEMAINE DE GROSSESSE – MA GRAINE DE PAVOT

3ème semaine de grossesse – du 25/04/14 au 01/05/14

Cette semaine mon bébé a la taille d’une graine de pavot et pourtant ces 2 mm sont déjà la chose la plus précieuse de mon petit monde.


Symptômes probables / ressentis – 3ème semaine

Fatigue: Pas vraiment de fatigue mais un certain alanguissement. A mon avis beaucoup plus psychologique que physique. J’ai soudain perdu toute envie de faire autre chose. Je reste plusieurs heures sur le canapé à me dire que je suis enceinte.

Irritabilité: Oui un peu mais encore une fois plus psychologique que physique. Les aspects pratiques et financiers entourant cette grossesse me mettent un peu sur les nerfs.

Nausées matinales: Absolument pas!

Fréquente envie d’uriner: Non pas vraiment.


Cher MiniNous,

Tout d’abord j’aimerai revenir sur les symptômes psychologiques que j’ai ressenti cette semaine. Je sais qu’ils vont me faire ressembler à une dépressive qui n’est pas heureuse de sa grossesse mais ce n’est pas le cas. Tu es la meilleure chose qui existe dans ma vie.

Les symptômes psychologiques

Cependant, pour vous les mamans, je me dois d’être totalement honnête et vous donner mon expérience comme je l’ai vécue et ressentie. Pendant cette 3ème semaine de grossesse j’ai eu l’impression « d’encaisser le choc ». C’est une chose de prendre la décision de faire un bébé mais c’en est une autre d’apprendre que vous êtes enceinte. Il faut digérer la nouvelle et toutes les conséquences que ça peut engendrer. Personnellement, j’ai eu la sensation d’affronter deux aspects différents: l’acceptation de la grossesse et le stress financier.

Quand je parle d’acceptation de la grossesse, je veux dire concevoir et réaliser que dans mon corps il y a un petit être et accepter que ce petit bout dépendra de moi (et de mon homme bien sûr mais sur le moment on ne pense qu’à sa personne) toute ma vie. Accepter aussi que ma vie ne sera plus jamais pareil. Alors bien entendu je suis de celles qui pensent que d’avoir un enfant n’empêche en rien de se réaliser personnellement, de sortir en couple ou de voyager. Néanmoins, il faut dire ce qui est, ma vie comme je l’ai toujours connue (indépendante, libre de toute attache) ne sera plus jamais la même, pour le meilleur ou le pire. En fait, c’est une sorte de co-dépendance plus ou moins importante qui se met en route et cela pour la vie! Même si on est prête à sauter dans le grand bain, une fois dedans, complètement engloutie par l’eau, j’estime qu’on a le droit de ressentir un petit moment de panique. Je dis ça maintenant que ça va mieux mais sur le moment je ressentais une telle culpabilité à me sentir paniquée alors que j’avais la chance d’être enceinte et de l’être si vite alors que d’autres ont tellement plus de mal. Je ne sais pas…suis-je la seule à avoir ressenti cela?

Le deuxième aspect, financier celui-là, je le trouve normal et fondé. On veut toujours apporter ce qu’il y a de mieux à son enfant. J’ai déjà expliqué notre situation financière dans l’article  » On fait un bébé?  » donc je n’y reviens pas. Ma boutique ne décolle vraiment pas et je commence à me dire qu’il va falloir que je la ferme et que je pense à l’après. Avant d’être enceinte, quand je pensais à cette éventualité ça me rendait très triste car j’y ai mis énormément de moi-même, de temps, d’argent, de larmes, de rires, de rencontres et d’expériences. Mais maintenant que je suis enceinte, tout ça perd de son importance. Tout ce à quoi je pense c’est comment faire pour offrir le meilleur ou tout du moins une situation stable à mon enfant? Comment chercher du travail enceinte? Vais-je devoir attendre un an au chômage avant de pouvoir enfin reprendre une vrai vie professionnelle? Sans parler du coût de ce qui entoure l’arrivée d’un enfant. Je n’en ai aucune idée! Les couches, le lait, les vêtements, la poussette, les meubles etc etc etc. Surtout quand c’est le premier c’est très dur de se faire une idée précise du budget. Tout cela m’angoisse au plus haut point. Alors, en attendant mieux, j’effectue quelques remplacements au standard d’une Radio. Je cumule mes heures à la boutique avec ces quelques remplacements ce qui ne me fait pas gagner un centime de plus vu que c’est déduit de mon chômage mais au moins ça me donne le sentiment d’agir. Heureusement, le soutien et la compréhension de Bastian sont ce qui m’aide le plus pendant ces moments de doute et d’angoisse mais je sens bien qu’il ne comprends pas l’ampleur de mes peurs.

La peur de la fausse couche

Malgré ces quelques angoisses, je suis enceinte!!! Et ça c’est quand même une super bonne nouvelle ;-). Malheureusement, il faut parfois une grosse peur pour réaliser qu’à la fin, malgré les doutes et questionnements, le plus important c’est ce petit être à l’intérieur de nous. Je l’ai appris à mes dépends lorsque le 30/04/14 j’ai vu des taches de sang sur mes dessous…

Ce jour là, nous recevions la famille de Bastian à la maison ainsi que sa filleule de 4 ans. Comme ils viennent du Nord de la France, Bastian a voulu leur faire visiter notre belle région d’adoption qu’est la Drôme. Après une journée bien remplie de visites, de voiture et de marche, arrivée au soir je sens bien que ça tire un peu dans le bas du ventre. Néanmoins, la belle famille est là et je sers donc le dîner. Pendant le repas je fais un tour par les toilettes et là je vois ces tâches brunâtres sur ma culotte. Je me suis entendu dire « oh non » et je suis restée assise sur la cuvette des toilettes quelques minutes pour m’empêcher de paniquer de suite. J’essaye de me raisonner, de me dire que ce sont des tâches minuscules, que ça peut arriver, je l’ai lu quelque part, et que ça ne veut pas forcément dire le pire. Je retourne à table et essaye de faire bonne figure.

Une bonne dizaine de minutes plus tard, je commence à débarrasser la table mais quand Bastian me rejoint dans la cuisine et me souri je ne peux plus contenir ma panique et mes larmes et je lui dis « je saigne ». Ces quelques secondes ou je vois l’expression sur son visage passer de l’incompréhension à la peine restent les plus horribles que j’ai vu jusqu’à aujourd’hui chez lui. Lui non plus ne peut pas retenir ses larmes et on décide d’appeler le 15 pour savoir quoi faire. J’explique mon problème au médecin de garde en m’excusant de pleurer toutes les secondes. Il m’écoute attentivement et est très compréhensif de mon angoisse. Il me rassure en me disant que ce n’est probablement pas grand chose mais que pour plus de sécurité je devrai me rendre aux urgences et demander une échographie. Le père de Bastian finit par nous demander ce qui ne va pas et on lui explique en disant qu’il faut malheureusement qu’on les dépose à leur hôtel pour partir à l’hôpital. Là tout le monde se met à pleurer et bizarrement ça me donne le courage de me reprendre et d’essayer d’apaiser les angoisses de tous.

On arrive à l’hôpital vers 20h30. Aux urgences, il y a déjà 2 femmes enceintes. La première sur le point d’accoucher et qui est donc rapidement redirigée vers les salles d’accouchement et la deuxième, très jeune, avec un petit bidon déjà bien apparent qui se tord de douleur. Ce spectacle me pétrifie surtout quand j’entends le gynécologue de garde sortir de la salle d’auscultation avec le dossier de la jeune fille et demander l’avis de sa collègue: « je ne vois rien sur son écho…on devrait voir quelque chose à ce stade là… »

21 h 40, j’entre à mon tour dans la salle accompagnée de Bastian, trop inquiète d’avoir à affronter la mauvaise nouvelle toute seule. J’explique mon problème, je lui montre les taches et m’installe pour faire l’échographie intra-utérine. Avant de la faire, il passe un grand coton-tige et me montre un peu de sang foncé en m’expliquant que c’est du « vieux » sang c’est à dire qu’il ne date pas d’aujourd’hui et que c’est déjà rassurant. La quantité également est rassurante car elle est minime. Il me fait enfin l’échographie, cherche, cherche, cherche…et finit par dire: « et bah le voilà! ». Bastian et moi regardons attentivement  l’écran sans rien voir et le gygy nous montre cette tâche sombre, minuscule en nous présentant notre petite graine de pavot de 3.8 mm. Bien implantée comme il faut et bien visible. Le soulagement que j’éprouve à ce moment là reste l’un des meilleurs moment de ma grossesse! Le gygy nous explique que tout va bien et que le petit saignement peut provenir de l’implantation de l’embryon dans l’utérus. Nous repartons soulagés et heureux avec la première photo de notre MiniNous.

Bien entendu, on appelle de suite la belle famille pour partager la bonne nouvelle. Comme quoi, le fait de l’avoir annoncé très tôt, dans notre cas, a été une bonne chose. Nous avions besoin de pouvoir en parler au moment où c’est arrivé.

Et nous voilà maintenant à la maison avec la toute première photo de Mini-Nous accrochée sur le frigo ;-).

echo 3eme semaine grossesse

 


Mes précédentes semaines de grossesse:

Semaine 1 & 2

Sources

Comme pour tout mon suivie de grossesse, je prends exemple sur l’application Doctissimo-MaGrossesse, et les vidéos d’Henry-Anne, 3ème semaine de grossesse.

Image à la une: Saveurs du monde, graine de pavot

[wysija_form id= »1″]

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

comments

11 réflexions sur « 3EME SEMAINE DE GROSSESSE – MA GRAINE DE PAVOT »

  1. Bonjour,
    Tes angoisses sont tout à fait normales et cela montre que tu prends tout cela vraiment au sérieux… Et je dois admettre que c’est aussi pour cela que je ne me fait pas trop de soucis pour vous trois car tu sembles avoir vraiment la tête sur les épaules… De plus, je pense que c’est totalement humain…
    Je commence mon 9ème mois de grossesse et je commence aussi à avoir des angoisses, différentes des tiennes mais bon elles sont bien présentes : l’accouchement va-t-il bien se passer? Serais-je une bonne maman? Vais-je réussir à assurer avec la reprise du boulot?… etc…
    Bref, nous faisons de notre mieux et c’est le principal !
    J’attends avec impatience ton prochain article !
    A bientôt.
    Marie.

    1. Merci pour ton message Marie.
      Je pense que j’aurai également les mêmes angoisses que toi vers la fin de la grossesse. Heureusement que de nos jours nous avons beaucoup plus d’informations sur le déroulé de l’accouchement et également bien plus voix au chapitre. D’ailleurs as tu fait ton projet de naissance? Comptes tu en faire un?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *